Moscovici, un ultimatum pour se décider...

Publié le par tutti 49

Election présidentielle 2012 13 Juin 2011

Moscovici, un ultimatum pour se décider

"Pas de

Se présenter ou rallier un autre socialiste. Suite à l'empêchement de DSK, Pierre Moscovici n'a pas encore choisi son camp. Lundi, il a lancé un appel à François Hollande et à Martine Aubry, leur donnant une semaine pour se prononcer sur un texte reprenant les orientations de l'ancien patron du FMI. Si aucun accord n'est trouvé, le député-maire de Montbéliard se lancera dans la course à la primaire socialiste.

Pierre Moscovici ne sait pas encore s'il va se présenter à la primaire socialiste. Avant toute chose, le député du Doubs souhaite entendre les leaders socialistes, et surtout François Hollande et Martine Aubry, sur les orientations strauss-kahniennes. Car entre les deux, ce proche de l'ancien patron du FMI ne parvient pas à se décider. "A ce stade, je suis incapable de choisir. Quand je jette la pièce, elle retombe sur le coin", a confié Pierre Moscovici selon le buzz politique d'Europe 1.

Alors pour trancher, il a décidé d'envoyer un ultimatum. Les idées de DSK "doivent toujours être centrales dans la campagne qui vient", a affirmé le maire de Montbéliard lundi matin sur France Inter. François Hollande et Martine Aubry ont donc une semaine, jusqu'au 20 juin prochain, pour proposer un accord politique à Pierre Moscovici. Faute de quoi, ce dernier se présentera à la primaire socialiste prévue à l'automne prochain, et dont le dépôt des candidatures s'ouvre le 28 juin. Pour montrer sa légitimité, Pierre Moscovici n'hésite pas à mettre en avant ses soutiens : à savoir une trentaine de maires de grandes villes et une vingtaine de députés. Parmi lesquels le maire de Sarcelles, François Puponni, Michèle Sabban ou encore Marisol Touraine.

 

Pas de raison de nous y opposer"

Les orientations affichées dans le projet de Pierre Moscovici – intitulé "L'audace d'innover" et publié sur son blog – sont à ses yeux des "conditions sine qua non pour l'engagement des réformistes dans la primaire". Ce texte de neuf pages met en avant des "exigences social-démocrates" et développe plusieurs axes prioritaires : une puissance publique refondée, la nouvelle croissance et l'économie de demain, la volonté de l'efficacité sociale, l'impératif de la transformation écologique, l'ambition de l'Europe, l'audace de la réforme. "Notre sensibilité politique s'est construite autour de Dominique Strauss-Kahn à partir de 2002 (…) Il nous revient de reprendre le flambeau", écrit le socialiste. Avant d'ajouter : "Ce texte se veut comme un point de repère et un ensemble d'exigences qui, sans présager des candidatures (…), nous semblent devoir structurer le débat des primaires".

Reste à savoir quelle sera l'attitude des leaders socialistes face à ce texte, également soumis à l'approbation de l'ensemble des militants et citoyens. Alors que Martine Aubry, qui n'a pas encore officiellement fait acte de candidature, pourrait avoir du mal à se positionner d'ici la semaine prochaine, François Hollande semble ouvert à toute discussion avec Pierre Moscovici. Selon Libération, l'ancien premier secrétaire du parti y montrerait en effet un "intérêt actif".

Une information confirmée par Stéphane Le Foll, l'un des principaux bras droit de François Hollande. "Je ne crois pas qu'il y ait des choses dans ce texte qui soient un problème pour nous", a-t-il indiqué lundi au JDD.fr, précisant toutefois ne pas encore avoir lu le document. "Je ne pense pas que ce soit un sujet de rejet, au contraire", a-t-il assuré. Avant de conclure : "Si rien ne va à l'encontre de la ligne politique, déjà clairement identifiée, de François Hollande, nous n'avons pas de raison de nous y opposer". Il reste une semaine aux leaders socialistes pour tenter de rallier Pierre Moscovici à leur cause.

Publié dans Primaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article