S. Riyal : pour la défense de l'agriculture....

Publié le par tutti 49

Mardi 14 juin 2011 2 14 /06 /Juin /2011 12:08


Ségolène Royal : pour la défense de l’agriculture dans un grand dessein pour la France.

5817324037 5fa50ab266[1]Présidente de la Région Poitou-Charentes et candidate à l’élection présidentielle, viendra témoigner au procès des faucheurs volontaires,   devant le tribunal correctionnel de Poitiers ce mardi à 13h30. 

Ségolène Royal,

 

Les faucheurs volontaires, dont le député européen Europe Ecologie les Verts José Bové, comparaissent pour avoir détruit des parcelles de maïs OGM-Monsanto en août 2008.

 

 Le combat de la candidate socialiste s’intègre dans une orientation globale qui donne à sa candidature une dimension « gaullienne et mitterrandienne »  dans le sens où elle propose un grand dessein à la France.

 

(1) Faire de la France le pays de l’excellence environnementale.

C’est dans ce grand dessein que s’intègre le combat de la socialiste pour une agriculture de qualité aux côtés du monde agricole et face aux grandes sociétés multinationales qui recherchent d’abord une agriculture du profit. On sait quelles sont les conséquences environnementale et sanitaire de cette agriculture de marché.

 Dans sa politique par la preuve, Ségolène Royal a défendu et soutenu dans sa région le développement de cette agriculture de qualité vers des modes de culture plus respectueux de l’environnement. C’est aujourd’hui une réussite car il n’y a plus d’OGM cultivés en Poitou-Charentes, la Charte Terre saine a été mise en place, les labels et AOC sont défendus, les circuits courts développés, l'aide aux éleveurs déployée, l'agriculture sans pesticides encouragée.

 

(2) Refuser une mondialisation au service d’un capitalisme financier.

Contre toute règle républicaine, le Président de la République Nicolas Sarkozy n’avait pas invité la Présidente de région, Ségolène Royal dans son déplacement en Poitou-Charentes. Mais c’était sans compter sur la détermination de l’élue qui n’a pas voulu laisser l’ancien Président de l’UMP faire « son show » dans sa région, alors que rien n’a été fait pour les éleveurs dans la crise.

 Dans cet échange, deux politiques se sont clairement opposées. La socialiste a défendu une politique d’intervention forte de l’Etat, en cas de crise, notamment pour lutter contre la spéculation. Le Président UMP lui a répondu par une vision « libérale » se limitant à une politique d’incitation sans intervention contre le marché.

 Sifflée au début de son intervention par les militants de l’UMP, la socialiste a réussi à retourner la salle, provoquant une salve d’applaudissements à la fin de son intervention. Contrairement au débat télévisé de 2007, Ségolène Royal détendue et maîtrisant parfaitement la question a fait face à un Nicolas Sarkozy visiblement agacé, ne maîtrisant pas ses habituelles mimiques de grand nerveux impulsif.

 

Cette rencontre préfigure un combat pour 2012 bien plus difficile pour le candidat de la droite libérale, Nicolas Sarkozy, un candidat affaibli par le bilan de sa politique et des contestations dans sa propre majorité, face à une candidate socialiste beaucoup plus assurée, forte des résultats de sa politique régionale. 

 

Philippe Allard

Publié dans Société

Commenter cet article