Nouvelles de Fort-de-France

Publié le par tutti 49

Fort-de-France : Ségolène Royal en plein "tour de France"

 

Cynthia ROUSSI France-Antilles Martinique 23.02.2011

Ségolène Royal s'intéresse au devenir de la capitale. C'est en toute simplicité que la présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, en visite chez nous jusqu'à aujourd'hui, a rencontré le maire de Fort-de-France, Raymond Saint-Louis-Augustin. Celle-ci n’a d'ailleurs pas caché son intérêt quant au devenir de Fort-de-France, qui présente notamment de nombreuses poches sujettes aux risques majeurs, une notion sur laquelle elle va coopérer avec la Région Martinique.

Sur ce point, Raymond Saint-Louis-Augustin a annoncé « qu'il surfait sur les impulsions données par Césaire, Aliker et Letchimy, et que c'est une respiration pour la ville et la Martinique que la présidence régionale ait changée ».

L'autre axe de cet échange a été consacré à Aimé Césaire. Ségolène Royal a, à ce titre, souhaité rencontrer le Docteur Aliker, très émue de son discours lors des funérailles au stade de Dillon. Et sur l'existence d'un patrimoine mémorial autour d'Aimé Césaire, cette dernière s'est intéressée au programme littéraire des scolaires, l'occasion pour Yvon Pacquit, le premier adjoint au maire de Fort-de-France, de déclarer que le thème du bac de cette année était « la décolonisation ».

Au fil de la discussion, Mme Royal accepte le principe d'une coopération culturelle avec Fort-de-France, suite au souhait émis par l'adjointe au maire, Brunette Belfan, d'organiser chez nous, un opéra en plein air comme elle avait pu en voir lors de son voyage dans la région que gère Ségolène Royal.

« La suite dans les idées c'est quelque chose »

Rendez-vous est ensuite pris avec le Docteur Pierre Aliker, en début d'après-midi. Elle est reçue par le docteur et son épouse, Marcelle. Très heureux de cette visite, le docteur a qualifié Ségolène Royal de « bouffée d'air frais », avant de revenir avec elle sur sa rencontre avec Aimé Césaire. Le travail qu'il a accompli avec son « fraternel ami » pour « faire de la ville et de la Martinique, un endroit sain, en construisant des hôpitaux, le laboratoire d'hygiène de Fort-de-France », puisque les épidémies, telles que la malaria, allaient bon train, est inscrit à jamais dans toutes les mémoires. Un point que Ségolène Royal a souligné d'autant plus que « ces deux élus intellectuels, en référence aux salons des Soeurs Nardal à Paris, se sont attelés à une tâche sur la salubrité ».

 

L'émotion était palpable quand le Docteur Aliker en bon gentleman a tenu à se lever pour saluer Ségolène Royal. Françoise Degois, conseillère spéciale de Ségolène Royal, twittera : "Rencontre entre Ségolène Royal et le Docteur Pierre Aliker , "frère d'âme" d'Aime Césaire . Moment de Grace"(C. Ro./France-Antilles)

Pour coller à l'actualité, le docteur n'a pas manqué de piquer son hôte en lui disant avoir suivi « le match Martine Aubry/Ségolène Royal et qu'il espère que le Parti Socialiste (PS) soit uni parce qu'il y a du changement à faire ». Sans doute a-t-il voulu préparer le terrain...

Car le Dr Aliker a émis quelques souhaits : « Nous sommes fiers de faire partie d'un grand ensemble (la France) tout en gardant nos spécificités. Quand Césaire et moi avions décidé de nous retirer de la politique, nous avons choisi notre successeur (Serge Letchimy), qui a réalisé les projets que nous n'avions pas pu exécuter. La suite dans les idées c'est quelque chose. », a-t-il lancé. « Il faut qu'il continue ».

Au regard de ses séjours effectués en Martinique, Ségolène Royal s'est vue proposer par Pierre Aliker de créer « l'association des revenants », elle qui quelques années plus tôt avait été qualifiée de « petite Martiniquaise » par Aimé Césaire. Et c'est avec une mangue cueillie dans le jardin, après avoir discuté avec Marcelle, que Ségolène Royal a quitté ce pilier de la ville qui avoue aujourd'hui « sentir quand même le poids des ans, à 104 ans ».

Publié dans Ségolène Royal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article