Mexique...

Publié le par tutti 49

Mexique : 50 universitaires interpellent Sarkozy

Anne Dastakian - Marianne | Jeudi 24 Février 2011 à 05:01


Le fiasco diplomatique entre la France et le Mexique provoqué par l'intervention du Président de la République en réaction au refus d'extrader Florence Cassez, fait des vagues dans les milieux intellectuels concernés par les relations franco-mexicaines. Marianne2 publie la lettre ouverte qui circule actuellement dans les facs et les centres de recherche.  

En réaction à la malheureuse « Affaire Florence Cassez », condamnée à 60 ans de détention dans une geôle mexicaine, le ton est monté rapido et crescendo entre Paris et Mexico, au mépris de tous les usages de la diplomatie. Ce fiasco, qui a fait par ricochet une victime collatérale - l’Année du Mexique - menace en outre sévèrement les chances de Florence Cassez de purger un jour sa peine en France.
Voici le texte d’une lettre ouverte, rédigée par plusieurs dizaines d’universitaires français spécialistes du Mexique, en réaction à la décision du président de la République française de dédier l'Année du Mexique à Florence Cassez. Ce texte, qui circule largement dans les milieux académiques français, continue à recueillir des signatures.

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

La décision de la justice mexicaine concernant le jugement de Florence Cassez a déclenché depuis quelques jours en France une série de réactions de la part du gouvernement, des partis politiques et des médias qui viennent d’aboutir à un énorme fiasco. Nous avons assisté à une montée en puissance de prises de position, depuis la déclaration de la ministre des Affaires étrangères refusant de participer aux manifestations prévues pour l’Année du Mexique en France et l’appel de Martine Aubry demandant aux collectivités locales socialistes de boycotter ces mêmes manifestations et d’annuler celles qui dépendent d’elles. Le 14 février, en dédiant l’année du Mexique en France à Florence Cassez, Nicolas Sarkozy a pris une lourde responsabilité. On ne peut demander à des artistes, des écrivains et des scientifiques français, aussi bien que mexicains, d’accepter d’être utilisés comme moyen de pression dans des affaires qui relèvent de la justice et de la diplomatie. Ce n’est pas acceptable pour nous français, pas plus que pour nos collègues mexicains. C’est un mélange des genres inadmissible qui a débouché sur la décision, logique, du gouvernement mexicain de se retirer.

L'année du Mexique est un événement destiné à mieux faire connaître ce pays. En aucun cas, elle ne peut être instrumentalisée par les gouvernements comme moyen de pression sur une affaire qui relève du pouvoir judiciaire mexicain et de la diplomatie française. Nous réaffirmons notre attachement aux relations scientifiques, culturelles et humaines avec des partenaires qui nous ont toujours accueilli avec respect, attention et amitié et dont beaucoup d'entre eux ont choisi de faire leurs études en France et de travailler ensuite avec nous.

Nous demandons au président de la République française de revenir sur sa décision de dédier l’Année du Mexique en France à Florence Cassez et réaffirmons notre amitié au Mexique.
 
Danièle Dehouve, directeur de recherche CNRS, directeur d’études EPHE
Marie-France Fauvet-Berthelot, Musée de l’Homme
Alain Musset, directeur d’études EHESS
Françoise Lestage, Professeur Université Paris-Diderot
Marguerite Bey, IEDES-Université Paris I
Claude Bataillon, CNRS
Jean Rivelois, IRD
Helios Figuerola, EREA
Gregory Pereira, CNRS
Olivia Kindl, El Colegio de San Luis, Mexique
Joëlle Chassin, Professeur Université Paris III
Julie Devineau, sociologue
Anne-Marie Vié-Wohrer, Ecole du Louvre/EPHE
Patrick Menget, directeur d’études EPHE
Anne-Marie Losonczy, directeur d’études EPHE
Marie-France Prévôt Schapira, Professeur Université Paris 8-Creda
Anath Ariel de Vidas, CNRS-EHESS
Gilles Bataillon, directeur d’études EHESS
François Lartigue, CIESAS, Mexique
Danielle Zaslavsky, El Colegio de Mexico, Mexique
Marc Thouvenot, directeur de recherches CNRS
Eliane Daphy, ethnologue, ingénieure CNRS
Valentina Vapnarsky, directrice du Centre EREA-CNRS
Karine Tinat, professeur chercheur, El Colegio de México, Mexique
Michel Tibon-Cornillot, EHESS
Irène Bellier, directrice du Laboratoire Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales-EHESS
Claude Stresser-Péan, ethnologue
Serge Gruzinski, directeur de recherches CNRS, Directeur d’Etudes EHESS
David Robichaux, professeur, Universidad Iberoamericana, Mexique
Brigitte Faugère, professeur, Université Paris I
Philippe Macaire, anthropologue
Martine Dauzier, professeur Université Paris Est Créteil
Hélène Rivière d’Arc, CNRS
Guilhem Olivier, UNAM-IIH, Mexique
John Landaburu, directeur de recherches CNRS
Charlotte Arnauld, directeur de recherches CNRS
Bernard Vincent, directeur d’études EHESS
Sophie Fisher, EHESS
Patrice Melé, professeur Université de Tours
Jean Meyer, CIDE, Mexique
Claudia Cirelli, UMR CITERES-Université de Tours
Chantal Cramaussel, El Colegio de Michoacán, Mexique
Isabelle Rousseau, Professeur, El Colegio de México-CERI Sciences Po Paris
Pascal Mongne, Cours Arts des Amériques, Ecole du Louvre
Nadia Prévost Urkidi, Université du Havre
Nicolas Ellison, EHESS, Toulouse
Eric Taladoire, Professeur, Université Paris I
Kali Argyriadis, IRD-CIESAS Mexique
Maria Eugenia Cossio-Zavala, professeur, Université Paris III
Annick Lempérière, Université Paris I

Publié dans Société

Commenter cet article