Feu vert pour un pesticide redouté des apiculteurs...

Publié le par tutti 49

Le gouvernement donne son feu vert à un pesticide redouté des apiculteurs

LEMONDE.FR avec AFP | 17.06.11 | 09h01  •  Mis à jour le 17.06.11 | 10h56

 

 

 

Les populations d'abeilles domestiques déclinent partout dans le monde.

Les populations d'abeilles domestiques déclinent partout dans le monde. AFP/MARTIN BUREAU

 

 

 

Le ministère de l'agriculture a confirmé avoir autorisé la mise sur le marché du pesticide Cruiser OSR, destiné au traitement du colza, controversé pour ses effets potentiels sur la santé des abeilles.

Sa décision avait été dévoilée jeudi par l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) qui avait dénoncé un "nouveau coup porté" aux abeilles.

"Cette autorisation fait suite à l'avis favorable de l'Agence nationale de sécurité sanitaire du 15 octobre 2010 qui conclut que l'usage de la préparation Cruiser OSR sur [les] semences [de crucifères] satisfait à l'ensemble des conditions de sécurité requises", précise le ministère jeudi soir. Toutefois, prévient-il, cette autorisation pourrait faire l'objet d'une "suspension en cas d'incident".

"UN PRINTEMPS SILENCIEUX"

Commercialisé par le groupe suisse Syngenta Agro, le Cruiser OSR contient deux fongicides et un insecticide, le thiaméthoxam, qui inquiète les apiculteurs car, selon eux, il se retrouve dans la sève et jusque dans les fleurs des plantes, et reste dans la terre pendant trois ans, contaminant les cultures suivantes.

"Nous constatons avec dégoût le désintérêt du ministère pour notre cause et nous redoutons un printemps silencieux dans les plaines du colza", avait déclaré le président de l'UNAF, Olivier Belval.

Selon le ministère, le Cruiser OSR est déjà utilisé dans l'Union européenne sur plus de 2 800 000 hectares, soit 2 hectares sur 5, et il a permis de "supprimer un à deux traitements insecticides des feuilles de plein champ". Un autre pesticide de la famille Cruiser, le Cruiser 350 utilisé pour la protection des cultures de maïs, a donné lieu à des cas avérés d'empoisonnement des abeilles.

Publié dans Société

Commenter cet article