Une bonne claque aux idées fausses....

Publié le par tutti 49

Mercredi 15 juin 2011 3 15 /06 /Juin /2011 10:22


 

254396 2049809372677 1467755058 32275951 5365806 n[1]Argumentaires idées fausses

Des idées les plus « basiques » aux plus « réfléchies »

 

1/ « Ségolène Royal est stupide »

Cela voudrait dire que François Mitterrand s’entourait de gens  stupides puisqu’elle a fait partie de son équipe rapprochée à l’Elysée  et de ses équipes ministérielles, avec des gens comme Attali, Delors, Védrine, Lang, Fabius, Aubry, Bianco et d’autres ; imagine-t-on François Mitterrand travaillant pendant six ans avec une conseillère « stupide » ?

Cela voudrait dire que les examinateurs de l’ENA se font un devoir de donner la priorité aux gens bêtes pour un concours qui est un des plus difficiles de France.

Cela voudrait dire que depuis 20 ans, les électeurs de Poitou- Charentes élisent invariablement une personne qui se distinguerait par son manque d’intelligence…

 

2/ « Ségolène Royal est incompétente »

Elle a été deux fois ministres, quatre fois députée depuis 1988 (dans une circonscription dite acquise à la droite), conseillère générale des Deux-Sèvres, ; elle est présidente de région réélue en 2008 avec plus de 60% des suffrages. Elle a été conseillère de François Mitterrand pendant six ans.

Elle est l’auteur de plus de dix ouvrages dont une analyse politique sur la France écrite en partenariat avec Alain Touraine. Elle travaille régulièrement avec Edgar Morin.

Outre son expérience politique nationale, elle est vice-présidente de l’Internationale socialiste et vice-présidente de l’Association des Pays francophones. Elle a créé des partenariats entre le Poitou-Charentes et plusieurs autres régions à travers le monde. Elle a établi des liens de respect et d’amitié réciproques avec nombre de chefs d’état et de gouvernement en Europe et en dehors de l’Union.

Elle est probablement une des meilleures spécialistes politiques des questions environnementales, ayant été ministre de l’environnement dans le gouvernement Bérégovoy et ayant fait du Poitou-Charentes une des régions les plus performantes en la matière.

 

3/ Ségolène Royal n’y connaît rien en économie

Son cursus universitaire prouve déjà le contraire : elle a obtenu une licence en sciences économiques avant de réussir Sciences Po et l’ENA.

Ses réalisations dans la région Poitou-Charentes prouvent qu’elle est tout le contraire d’une incompétente. La région Poitou-Charentes est la seule région de France à ne pas avoir augmenté les impôts locaux depuis 2005, grâce à des économies substantielles dans les postes de dépenses superflus. La majorité de gauche de la région n'a augmenté les impôts qu'une seule fois, en début de mandat en raison de la  situation financière dégradée laissée par l'équipe sortante. La dette publique de la région est en baisse constante, (ex. moins 6 millions d'euros en 2008) respectant ainsi l'objectif de stabilisation fixé par le conseil régional.

Ce qu’elle a su faire au niveau de sa région, elle sera certainement capable de la faire au niveau du pays.

 

4/ Ségolène Royal est seule

Chacun de ses déplacements, chacune de ses réunions rassemblent plusieurs centaines de participants, y compris dans les lieux dits « reculés » alors que la campagne des primaires n’est pas commencée. 800 participants au dernier meeting de Toulouse, 1200 à Poitiers, 400 à Laval (50 000 habitants), 400 à Bully-les-Mines (10 000 habitants).

Ses universités populaires participatives rassemblent régulièrement quelque 800 personnes à Paris et se multiplient dans les banlieues et les régions. On y retrouve la participation de personnalités très diverses qu’il s’agisse de Régis Debray, Jean-Pierre Chevènement, Edwy Plénel, Stéphane Hessel, Hélène Cixous, Pascal Boniface, Jacques Attali, Massimo D’Alema…

L’association qui la soutient, Désirs d’Avenir, compte 10 000 adhérents.

Son équipe rapprochée est constituée de personnalités plutôt jeunes, qui ont depuis 2007, largement prouvé leur fidélité et leur constance.

Elle conserve le soutien et l’amitié de personnalités comme Edgar Morin, Ariane Mnouchkine,  Lévy  ou Pierre Bergé qui ne recherchent ni postes ministériels ni prébendes…

 

5/ Ségolène Royal divise le PS, elle n’est pas unitaire

Elle a rassemblé 50% (si ce n’est plus) de militants sur son nom au Congrès de Reims face à une palette de courants divers.

Sa liste pour les élections au Conseil régional a rassemblé socialistes, communistes, verts, Modem, syndicalistes, agriculteurs…

C’est elle qui a inspiré le processus des primaires ainsi que l’engagement au respect du vote garanti par une Commission d’éthique.

C’est elle qui tient à rassembler ainsi au-delà du PS l’ensemble des Français qui souhaitent un changement politique dans ce pays.

 

Lucile et Laetitia

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article