Ségolène Royal : potentiel électoral intact...

Publié le par tutti 49

 

25% des Français estiment probable de voter pour Ségolène Royal si elle est candidate à la prochaine élection présidentielle.Plus précisément, à la question "vous personnellement, quelle est la probabilité que vous votiez pour Ségolène Royal, si elle était candidate à la prochaine élection présidentielle?", 25% des personnes interrogées répondent "probable", contre 74% "pas probable", 1% ne se prononçant pas.

Si ce sondage n'a pas dû plaire aux dirigeants du JDD qui s'efforcent d'interpréter négativement ses résultats, il ne peut que renforcer la détermination de Ségolène Royal. Une détermination intacte comme jamais, nourrie de ses contacts avec les Français. Ainsi accueillie cette semaine par les Martiniquais, Ségolène Royal leur déclarait en créole un "Mwa pa moli" (moi je ne faiblis pas). Plus que jamais Femme Debout.

 

En effet, 4 ans après le très rude et très clivant combat politique de la présidentielle de 2007, 2 ans après un congrès de Reims où tout a été fait par une minorité pour lui barrer la route, un quart des Français seraient prêt à voter pour Ségolène Royal, soit un chiffre très proche du premier tour de la présidentielle.
Et dans la prespective des primaires, c'est le résultat donnant 51% des sympathisants PS prêt à voter pour elle, qui est le intéressant et le plus significatif. Tout comme la confiance des ouvriers et des employés qui voterait pour elle à 33% et 34% respectivement. Le potentiel électoral de Ségolène Royal est donc intact malgré la propagande et les attaques.

Mais n'étant pas spécialiste es-sondages et nourri par l'expérience de 2007, je m'en méfie d'autant plus qu'ils sont réalisés par une société dont la vice-présidente est Laurence Parisot, présidente du MEDEF et qu'il est publié par le Journal du Dimanche, une propriété d'Arnaud Lagardère qui emploie toute l'équipe de com' de Dominique Strauss-Kahn.

N'étant pas doué question sondage, je préfère faire confiance à des vrais spécialistes des sondages... comme François Baroin, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, qui sait de quoi il parle.
Interrogé par Europe 1 cette semaine alors que la cote de popularité de Nicolas Sarkozy atteint un plus bas historique autour des 30 % d’opinions favorables, François Baroin a expliqué :

"Pour avoir été porte-parole de Chirac pendant la campagne de 95, qui n’était pas un combat facile, j’ai en mémoire un sondage et nous sommes en octobre 94, où Jacques Chirac est à 12 %, six mois plus tard il est président de la République. Donc ceux qui accordent un crédit sous quelques formes que ce soit aux sondages actuels, si loin de l’échéance, ont à la fois peu d’expérience politique et courent de grands risques de basculer dans une illusion qui ne sera pas le rendez-vous électoral d’ici un an."

A 12% en octobre 94 et élu président de la République six plus tard... Voilà qui donne raison à Ségolène Royal qui déclarait cette semaine à l'AFP et au Figaro :
"Je ne dévie pas de ma route. Les sondages, je ne les regarde même pas".

Et cette route la mène au contact des Français, pour construire et porter un projet validé sur le terrain, ce qu'elle appelle la "politique par la preuve", tout en rassemblant les socialistes et la gauche.

Un long chemin, un travail de longue haleine mais qui se fait aussi en musique et dans la joie. Comme lors de cette rencontre avec la jeunesse guadeloupénne vendredi à Point-à-Pitre,  d'écouter et d'apprécier la performance d'un jeune chanteur de ragga.

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article