RSA : y'r'mettent ça !

Publié le par tutti 49

07 juin 2011

SPEED DATING – Hirsch a « six minutes pour sauver le RSA »

 

"Six minutes, c'est rapide sur un sujet qui concerne, aujourd'hui, près de deux millions de foyers et qui fait l'objet de tant de contre-vérités", déplore Martin Hirsch. AFP/BERTRAND GUAY

 

L'assistanat, "cancer de la société", est dans le collimateur de l'UMP qui souhaite en faire un des axes de la campagne présidentielle. Et, parmi les premières cibles, figure le RSA. Le mois dernier, c'était le ministre des affaires européennes, Laurent Wauquiez, qui avait le premier proposé de revoir le dispositif. Jean-Fançois Copé lui a emboîté le pas, mardi 7 juin dans un entretien à La Voix du Nord, proposant que les bénéficiaires du RSA "travaillent entre cinq et dix heures par semaine au service de la collectivité de résidence de travailler entre cinq et dix heures par semaine au service de la collectivité de résidence".

Le sujet sera discuté, mercredi, en Commission de l'UMP. L'ancien haut commissaire aux solidarités actives, Martin Hirsch, à l'initiative de la loi instaurant le RSA, a été invité pour en débattre avec les cadres du parti majoritaire. Et, pour défendre ce projet, Hirsch n'aura que six minutes, ce qu'il déplore sur son blog :

"Six minutes, c'est rapide sur un sujet qui concerne aujourd'hui , près de deux millions de foyers et qui fait l'objet de tant de contre-vérités. Six minutes, c'est court pour à la fois rétablir quelques vérités, pour rappeler quelques résultats, et pour formuler des propositions pour l'améliorer plutôt que de le détruire.

L'OCDE, cet organisme qui n'a pas la réputation d'être un repère de gauchises [sic] pro-assistanat me laisse un peu plus de temps, en ce début de semaine, pour aller expliquer le RSA dans une réunion internationale parce que l'OCDE pense que ce que nous avons mis en place peut intéresser d'autres pays. En m'invitant, ils se sont excusés de 'croire au RSA' quand en France, ceux qui l'ont voté cherchent à le remettre en cause."

M. Hirsch se réjouit en revanche qu'on lui ait accordé "le droit de passer un PowerPoint". Soit douze diapositives grâce auxquelles il espère convaincre l'UMP que le RSA a permis de "sortir 140 000 personnes de la pauvreté" et qu'il  a "rapporté de l'argent à l'Etat, près de 1 milliard".

Publié dans Société

Commenter cet article