Montebourg-Guérini.....

Publié le par tutti 49

Montebourg vs Guérini : les socialistes choisissent leur camp

Si les amis d'Aubry et de Strauss-Kahn font bloc autour du patron du PS des Bouches-du-Rhône, des voix discordantes se font entendre.

"Aucune preuve." "Contestable." "Des impressions personnelles"… Il y a ceux, au PS, qui s'élèvent contre le rapport d'Arnaud Montebourg sur la fédération PS des Bouches-du-Rhône. Et il y a ceux qui réclament à la direction du parti de faire le ménage. Les socialistes sont divisés, vendredi 4 mars, après la divulgation (volontaire?) d'un rapport censé rester secret, rédigé par le député Arnaud Montebourg. Mais pour la plupart, le choix est fait: si près des élections cantonales, mieux vaut ne pas regarder s'il y a de la poussière sous le tapis.
Sur le même sujet

Cinglant, le rapport Montebourg dénonce "un système de pression féodal reposant sur l'intimidation et la peur" et qualifie le conseil général d'"instrument clientéliste" pour "asseoir sans partage le pouvoir de son président", Jean-Noël Guérini. Arnaud Montebourg demande la "mise sous tutelle" de la fédération et la "destitution" de son patron. Celui-ci contre-attaque en annonçant son intention de porter plainte contre Arnaud Montebourg.

 Le rapport serait vide…

 

Qu'en pense la direction du Parti socialiste ? Les amis de Martine Aubry et de Dominique Strauss-Kahn ont choisi de soutenir Jean-Noël Guérini. Sans état d'âme. Avec un argument choc: le rapport Montebourg est vide, estiment-ils.

"Il n'y a pas d'éléments précis dans ce rapport", a réagi la première secrétaire du PS, "il faut laisser la justice faire son travail". Son conseiller politique, François Lamy, évoque pour sa part "des affirmations péremptoires, des faits pas étayés. Aucune preuve, aucun fait réel", insiste-t-il. Ces accusations "ne reposent sur rien", estime lui aussi le député strauss-kahnien Pierre Moscovici, interrogé sur i>Télé.

Le numéro 2 du PS, Harlem Désir, considère que Jean-Noël Guérini n'est "en rien mis en cause" dans l'enquête sur une affaire de marchés publics où son frère Alexandre est mis en examen. Pourtant, des écoutes téléphoniques montrent que le président du conseil général a prévenu son frère de l'ouverture d'une enquête préliminaire. Selon Harlem Désir, qui s'exprimait sur RTL, Arnaud Montebourg a rédigé son rapport "après avoir passé 24 heures" dans les Bouches-du-Rhône, et "ce n'est pas ce qu'on peut appeler une enquête".

De son côté, Arnaud Montebourg précise, tout en regrettant que son rapport ait été publié : "J'ai constaté qu'il y avait des dysfonctionnements dans la fédération. (..) J'en fais part à la direction et c'est à la direction de s'en emparer".

 

Montebourg se croit "tout permis"…

 

Les socialistes n'hésitent pas non plus à mettre en cause les buts inavoués d'Arnaud Montebourg. Pour un membre de la direction du PS, le candidat à la primaire socialiste cherche à se mettre en avant: "Sa candidature ne prend pas. Il ne faudrait pas qu'Arnaud s'invente une mafia pour jouer les Elliott Ness".

"On a beau être candidat aux primaires, ça ne veut pas dire que tout est permis", renchérit Harlem Désir, "il y a d'autres façons, je crois, de se faire entendre, de se faire valoir". Arnaud Montebourg "n'est pas juge d'instruction".

Pierre Moscovici est du même avis : "Il s'est auto-saisi du cas d'une fédération, il a dressé un portrait à charge",  (...) A deux semaines des élections cantonales, je trouve cela hautement contestable".

 

La direction aurait déjà fait le ménage…

 

Mais la direction du parti répond aussi sur le fond: "Depuis que Martine Aubry est arrivée" à la tête du PS, "les fichiers d'adhérents ont été nettoyés", souligne Harlem Désir, "50.000 noms de personnes qui ne renouvelaient pas leur cotisations ont été rayés des listes". "Même dans les Bouches-du-Rhône, on a vu diminuer à partir de là le nombre de gens qui étaient enregistrés, c'est une fédération qui fonctionne", a-t-il assuré.

 

Et pourtant, "il y aura besoin de clarifier"

 

Mais le rapport d'Arnaud Montebourg "pointe un certain nombre de problèmes", estime en revanche l'eurodéputé Stéphane Le Foll, proche de François Hollande. "Arnaud Montebourg dit lui-même qu'il aurait envoyé (ce rapport) en novembre ou en décembre. Il y aura besoin de clarifier pour savoir quand est-ce que ce rapport a été fait, au nom de qui et à la demande de qui. C'est la première des choses qui devra être demandée dans les instances du Parti socialiste", a-t-il souligné sur LCI. Dans ce texte, "Arnaud Montebourg pointe un certain nombre de problèmes que nous avons pointés dès le départ, c'est que dans les statuts du Parti socialiste, on ne peut pas être président du conseil général et premier secrétaire fédéral" comme c'est le cas de Jean-Noël Guérini. "Il faudra bien qu'on en discute" mais après les cantonales.

Malek Boutih, membre du bureau national du PS, va plus loin. Interrogé sur France Inter, il réclame "une commission d'enquête sur ce qui se passe dans les Bouches-du-Rhône". "On est à quinze jours des élections cantonales, ce n'est peut-être pas le moment de trancher dans le vif", admet-il, mais "je ne pense pas qu'on puisse dire 'circulez, y a rien à voir'".

Baptiste Legrand avec AFP - Nouvelobs.com

 

Publié dans Mafia

Commenter cet article