Martine l'Arlésienne

Publié le par tutti 49

Martine l’Arlésienne

juin 17th, 2011 

Martine Aubry continue de se faire attendre. Que peut cacher tant de mystère autour de sa candidature ? Un calcul politicien ? La peur de s’engager trop tôt et de faire face trop longtemps aux aléas du combat politique, les petites phrases assassines et autres ? La peur de se confronter aux différents candidats déjà dans la course et affûtés, préparés pour un long marathon ? Jeudi sur TF1 je l’ai trouvée peu convaincante, peu investie pour quelqu’un qui aspire à la magistrature suprême. On ne s’installe pas à l’Elysée comme on s’installe à la direction du PS, avec l’aide de qui on sait. Il s’agit tout de même du suffrage universel, et avant cela de faire face aux Français, de les convaincre, de montrer non de l’envie (je n’aime pas ce mot) mais de la générosité. Etre convaincue avant de convaincre. C’est là que le bât blesse pour Martine Aubry, son peu « d’envie » qui pourrait être aussi un manque de confiance en elle-même. C’est ainsi que je le ressens à chaque fois qu’elle prend la parole. J’ai remarqué que souvent ses débuts de phrases commencent par « moi je » comme si ça pouvait la conforter dans ses arguments. Sur le plan de la communication c’est ravageur, du moins le citoyen peut le percevoir ainsi. Tout comme sa proximité apparente avec la journaliste qu’elle nomme de son prénom. Il me semble que le politique doit savoir garder une distance raisonnable avec les journalistes pour qu’il n’y ait pas une suspicion de connivence. Si Martine Aubry se lance dans la course présidentielle, il faudra vraiment qu’elle revoie sérieusement sa communication ou qu’elle se pose les bonnes questions sur son « envie » d’y aller ou pas.

Publié dans Primaires

Commenter cet article