Le fiasco de notre polique étrangère

Publié le par tutti 49

Vendredi 25 février 2011 - 14:02

 

La parole aux militants 

 

 

On s'étonne à gauche de la frilosité, pour ne pas dire pire, des réactions du PS (Ségolène exceptée) face à la situation actuelle dans les pays arabes. On incrimine Hubert Védrine qui aurait donné l'exemple de cette politique gestionnaire et responsable du PS, au mépris parfois des valeurs qu'il prétend défendre, puisqu'il se veut un "parti de gouvernement" et donc prêt à toutes les compromissions pour maintenir les grands équilibres et la "stabilité"… Il est certain que dans cette période de grande turbulence, la réponse de la gauche (et pas seulement du PS) n'est guère adaptée…

Mais Hubert Védrine est plus un symptôme qu'une cause. D'abord, un constat qui relativise son rôle comme ministre des AE : il l'a été dans le gouvernement de Jospin alors que les AE étaient le domaine réservé du président de la République, Chirac…  

De ce fait, son rôle a été celui d'un subalterne chargé de gérer les intérêts de la France, lesquels, et c'est devenu patent et scandaleux avec Sarkozy, se sont confondus avec les intérêts privés de nos grands groupes du CAC 40 et, parmi eux, Dassault et le commerce des armes en tout genre. Que fait MAM, par exemple, en ce moment : elle essaie de vendre des Rafales au Brésil… qu'a-t-elle proposé à Ben Ali ? lui vendre notre répression sécurisée ! Où est actuellement Hubert Védrine ? Il est depuis 2005 administrateur du groupe LVMH qui appartient à Bernard Arnault…

Au passage, j'aimerais bien savoir d'où viennent les armes et les avions qui bombardent la foule en Libye…

On ne peut donc demander à un commercial d'avoir une "vision" générale des affaires (étrangères) et donc du "monde", surtout quand l'actuel président de la République se comporte en  VRP, particulièrement peu efficace, au service exclusif de ses amis du Fouquet's. Le Fouquet éponyme, au demeurant, mettait plus de panache et d'intelligence dans la gestion de ses affaires. Trop. Ce qui lui a valu à la fois sa disgrâce et son triomphe posthume : Louis XIV s'en est inspiré qui a fait de Versailles la vitrine du savoir-faire français et l'instrument du rayonnement culturel et donc politique de la France.

Si l'armée aussi bien en Egypte qu'en Tunisie et, en arrière plan, en Turquie, peut être le garant de la démocratie (!), c'est parce qu'elle dépend pour son armement des démocraties occidentales qui sont aussi les premiers marchands d'armes du monde. L'armée égyptienne est formée aux EU et dépend d'eux… On sait bien ce qui était derrière l'engagement des EU en Irak et maintenant en Afghanistan. C'est dire aussi que nos démocraties ont une large responsabilité dans le maintien de dictatures qui avaient l'avantage pour elles d'être des clients plus faciles à cibler et à circonvenir mais aussi plus demandeurs… 

Il y a donc une certaine logique dans le passage de MAM de la Défense aux AE… 

Petit détail qui n'est pas sans importance : le rôle de l'armée française dans la reconstruction du Kosovo dont s'occupait personnellement Jospin (avec H. Védrine et B. Kouchner). Il y a du reste une reconversion plutôt pacifiste, du moins civile de l'armée française qui met l'accent sur sa mission "civilisatrice". C'est pourquoi elle rechigne en Afghanistan à suivre la politique plus nettement belliqueuse des EU.

Ceci dit, rien n'étant simple, c'est aussi aux recherches pilotées par le Pentagone, entre autres, que nous devons les grandes révolutions technologiques, dont internet, qui permettent ces révolutions politiques.

 

Françoise Chenet

Publié dans sarko-out

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article