La solitude du coureur de fond

Publié le par tutti 49

La solitude du coureur de fond

Larinae - 14 juin 2011

 

Il existe encore des hommes et des femmes politiques qui ont une conduite exemplaire. Certains me font penser au coureur de fond pour la ténacité, la capacité de concentration et la persévérance qui sont les qualités principales demandées au coureur de fond. Quoi de plus beau lors d’un dix milles mètres, voir surgir un ahtlète qui s’est fait oublier et dépasser ceux qui sont dans le peloton de tête. Moins spectaculaire que le sprint, c’est d’autant plus marquant quand on sait l’effort demandé, d’assister au triomphe de l’athlète qui a souvent la victoire modeste. A la différence du sprinter qui fait éclater sa joie devant les caméras, le coureur de fond goûtera sobrement la sienne car il aura simplement accompli un travail de longue haleine. C’est une allégorie que je trouve belle à une époque où le paraître est souvent plus important que la réalité, où la facilité prime sur l’effort.  Les médias détournent trop fréquemment la vérité des choses, préfèrent la futilité, l’inconsistance jusqu’à réduire un individu à sa plus simple expression.

 

Par cette allégorie, je voudrais exprimer ici combien les Français ont besoin de vérité, de sérieux de la part des politiques qui sont censés les représenter et qui engagent l’avenir du pays. Mais au lieu de ça, certains affaiblissent chaque jour un peu plus la démocratie par un comportement peu exemplaire. C’est grave, et les Français ne sont pas dupes, d’où les votes vers les extrêmes et l’abstention.

 

L’éthique en politique n’est plus de rigueur depuis bien longtemps (peut-être depuis toujours). Pour reprendre l’exemple du coureur de fond, gagner c’est avant tout une attitude de vie qui demande du courage, du renoncement, du travail, c’est se forger dans la solitude pour aller jusqu’au bout de soi-même. L’allégorie du coureur de fond c’est aussi Ségolène Royal dans sa situation actuelle, si décalée et solitaire par rapport aux autres politiques qui sont remplis d’eux-mêmes, qui vivent d’acquis, de notoriété tout faite. L’exil, la solitude sont l’apanage des grands. Dans un monde frivole ils ne sont jamais reconnus.

J’avais écrit ce billet en avril qui reste plus que jamais d’actualité. Je suis convaincue que la victoire à la présidentielle sera acquise pour celui ou celle qui saura être intègre, sincère, constant, solide jusqu’au bout. Ségolène Royal se prépare comme une véritable athlète, et même si les sondages ne la donnent jamais gagnante, elle sera bien présente pour la finale comme tous grands champions. On peut compter sur elle.

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article