La sociologue, la femme de chambre et le financier...

Publié le par tutti 49

La sociologue, la femme de chambre et le financier

jeudi 09 juin 2011

La sociologue Irène Théry, directrice d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), spécialiste des métamorphoses de la famille et des rapports entre hommes et femmes, analyse les dérapages engendrés par l’affaire Strauss-Kahn.

 « Ce fut un moment d'étrange stupeur ». Le 15 mai, jour de l'arrestation de Dominique Strauss Kahn, à l'aéroport, « je suis à la fois incrédule, interloquée, sidérée. » C'est un scénario, dit Irène Théry, que le plus imaginatif des hommes d'Hollywood n'aurait pas osé proposer, parce que non crédible.

 

Les extrêmes. « Les deux personnes impliquées dans cette histoire sexuelle incarnent les deux extrêmes sur l'échelle sociale. Le grand financier, candidat à la présidence de la République française, incarnant à la fois le pouvoir économique et le pouvoir politique. Et la femme de chambre, immigrée, Guinéenne, veuve, incarnant la difficulté de vivre. On n'est pas dans un simple fait divers. Les deux risquent d'être transformés en symbole de toutes les passions. Certains soufflent sur les braises. Elle est musulmane, noire, pauvre, lui est blanc, riche, juif... Il faut être très vigilant. »

 

En colère. « Au nom de la présomption d'innocence, la première semaine, les amis de DSK et les ténors qui font l'opinion ont été indifférents au sort de la victime présumée. On a vu surgir les réflexes machistes. « Il n'y a pas mort d'homme. » « C'est un troussage de domestique ». J'ai pris ma plume et j'ai écrit La femme de chambre et le financier, le texte d'une femme en colère et qui s'est calmée pour tenter de comprendre cet aveuglement mental, cette incapacité à articuler présomption d'innocence et présomption de véracité d'une femme qui se déclare victime d'un crime sexuel. »

 

Bouleversements. « Cette affaire nous touche d'autant plus qu'elle met en jeu des transformations profondes de notre société, sur le permis et l'interdit sexuels, le respect dû aux femmes, la drague et l'infraction... Certains refusent de prendre en compte ces bouleversements de l'ordre sexuel traditionnel qui divisait les femmes en deux catégories : les épouses honorables et les filles perdues, les maîtresses de maison respectées et les domestiques qu'on trousse... »

 

La tolérance. « J'ai aussi très mal vécu le soupçon lancé, depuis New York, sur les femmes françaises qui seraient par trop tolérantes aux inconduites sexuelles. Certaines féministes américaines ont attaqué le féminisme à la française, incarné par la grande historienne Mona Ozouf, qui refuse la guerre des sexes. Prenons garde. Cette affaire DSK déclenche un déballage de ragots, de clichés, anti-français ou anti-américains, alors que l'on doit s'en tenir à un cadre strictement judiciaire. »

Recueilli par Bernard LE SOLLEU.

Publié dans Société

Commenter cet article