Encore du Mazerolle mais, on ne s'en lasse pas....

Publié le par tutti 49

Vendredi 10 juin 2011 5 10 /06 /Juin /2011 09:37


Mazerolle: "Ségolène Royal a une très forte intuition, une connaissance de la politique parfaite : elle réussit ce tour de force, elle entre sous les sifflets, elle sort sous les applaudissements"

 

 

article_Sarkozy-Royal.jpg

 

Olivier Mazerolle a plaidé hier soir, au 20h de BFM TV, en faveur de la candidate Ségolène Royal, dans son analyse de la journée qui a vu se retrouver dans une joute verbale à La Rochefoucauld, en Charente, les deux rivaux du second tour de la présidentielle de 2007. Rapide résumé de la journée d’hier.

Ségolène Royal, comme elle l’avait annoncé dans un tweet juste après l’UPP sur la France mercredi soir, s’est invitée à La Rochefoucauld, à la réunion que tenait Nicolas Sarkozy sur la sécheresse. En fait, elle aurait été invitée in extremis hier 9 juin en fin de matinée par le préfet de Charente.

 

Ségolène Royal
Le Président de la République vient dans ma région au chevet des éleveurs. Contrairement aux usages républicains je ne suis pas conviée.

 

Ségolène Royal
Et bien j'ai décidé d'y aller quand même car je veux que des décisions soient prises. Quand J.Chirac venait, la courtoisie était de mise.

Autour d’une table-ronde avec ses ministres, le président s’exprimait, s’adressant au public rassemblé dans le gymnase municipal. Un public où les encartés UMP et les éleveurs et agriculteurs de la FNSEA/FDSEA (droite) avaient été amenés en masse pour « faire un public » à Nicolas Sarkozy, qui venait monologuer tranquillement. Sifflée par une poignée de militants UMP à son arrivée, Ségolène Royal a salué beaucoup de monde, serré bien des mains avant de s’asseoir au premier rang du public. Elle était chez elle.


S3

Ségolène Royal traverse la salle du gymnase municipal de La Rochefoucauld, marque une pause pour saluer quelqu'un au fond de la salle, puis serre de nombreuses mains...

Nicolas Sarkozy a, après un moment, invité Ségolène Royal à lui poser ses questions, après avoir dû calmer la meute encartée pavlovienne qu’il avait lui-même amenée, qui huait la présidente de Région.

Ségolène Royal, après avoir rassuré le président et ses ministres sur la légalité des aides  régionales d’urgence accordées, a énuméré 3 demandes, faites après concertation avec les éleveurs, les agriculteurs et les chambres d’agriculture : interdiction du broyage des pailles, blocage du prix des fourrages, et réquisition de céréales destinées à l’exportation pour nourrir les troupeaux.

Applaudissements nourris de la salle, pas l’ombre d’une critique.

 

Ségolène Royal
Sifflée par qq militants ump en prenant la parole, applaudie a la fin par les agriculteurs j'ai assumé mes responsabilités.

Nicolas Sarkozy a répondu point par point, mais ses réponses n’étaient clairement pas à la hauteur des demandes de la présidente.

 

Ségolène Royal
Les paysans très déçus par les demi-annonces de N. Sarkozy.

Au 20h de BFM TV, chaîne qui avait roulé plutôt pour Sarkozy tout au long de la journée, comme en témoigne les réactions du présentateur Thomas Sotto, Olivier Mazerolle, éditorialiste sur BFM TV après avoir longtemps animé le journal du soir, a analysé la prestation de la candidate Ségolène Royal de la journée. Et, surprise, l’analyse d’Olivier Mazerolle a été très fine, clairvoyante et (très) positive pour Ségolène Royal. Thomas Sotto, qui commençait à parler de sondages, a dû être le premier surpris. Retour sur l’analyse d’Olivier Mazerolle.

Frédérick Moulin

Retranscription par Militants de l’Espoir À Gauche avec Ségolène Royal / F.M.

Thomas Sotto : bonsoir Olivier Mazerolle.

Olivier Mazerolle : bonsoir.

Thomas Sotto : on peut aimer ou pas Ségolène Royal, voter ou pas pour elle, ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, elle a réussi son coup.

Olivier Mazerolle : bah, elle a une très forte intuition, et une connaissance de la politique parfaite, voilà. Il y a quelques jours, un député UMP dit : « Il faut de l’encadrement militaire pour les délinquants récidivistes mineurs. », elle dit : « Mais, je l’avais déjà proposé, et je suis prête à mettre ça en application à l’essai dans ma Région Poitou-Charentes. ». Hier, l’UMP dit : « Mais, le RSA, il faut obliger les destinataires du RSA à faire 4-5 heures de travail par semaine, rémunérées. ». « Mais c’est une très bonne idée. », dit Ségolène Royal, « à condition que ça s’applique de cette manière. ».


S8.jpg

 

Mais comme elle est fine mouche, elle sait bien qu’elle doit démontrer qu’elle n’est pas à l’UMP quand même. Donc aujourd’hui elle impose sa présence dans sa Région au président de la République, qui ne souhaitait pas vraiment la voir, mais finalement elle réussit ce tour de force, elle entre sous les sifflets, elle sort sous les applaudissements.

Thomas Sotto : et avec les images du jour, elle se remet, quelque part, au centre du jeu politique, parce qu’elle se pose en rivale crédible de Nicolas Sarkozy, elle est sur l’affiche, comme si elle était déjà au deuxième tour.


S1.jpg


Olivier Mazerolle : ah bien oui. D’autant plus que là, contrairement à ce qui s’était passé au deuxième tour en 2007, elle ne s’est pas du tout énervée, elle ne s’est pas démontée, elle a fait une réponse, d’ailleurs, qui portait sur l’ensemble de l’agriculture française, et pas uniquement sur les agriculteurs de sa Région, et elle a fait une réponse argumentée, donc, à partir des propositions des éleveurs, tout à fait technique, et puis, sans s’énerver, elle a reconnu d’ailleurs que Nicolas Sarkozy faisait aussi des propositions intéressantes, bref, un dialogue entre gens responsables.

Thomas Sotto : bon, alors ça, c’est pour ce qui va bien pour elle, il y a ce qui va moins bien, ce sont les sondages, ils sont quand même très mauvais pour elle. Est-ce qu’elle peut sérieusement espérer remonter la pente d’ici les primaires socialistes cet automne ?

Olivier Mazerolle : oh, je ne sais pas, c’est vrai qu’on l’avait un peu perdue de vue, Ségolène Royal, et là, soudainement, on la voit réapparaître, parce que depuis New York, les cartes sont rebattues au PS. Mais en vérité, elle n’avait jamais abandonné la partie. Mais c’est vrai que là, maintenant, elle met la gomme, elle sent bien que c’est l’occasion ou jamais, donc ceux qui comptaient sur sa résignation se sont lourdement trompés, en réalité, c’est toujours Ségolène Royal, pugnace, persévérante, entêtée, décidée à gagner, et donc François Hollande et Martine Aubry peuvent être tranquilles, ils vont encore la trouver plusieurs semaines sur leur route.

(première photo : Philippe Wojazer/afp)

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article