Copé et le RSA

Publié le par tutti 49

Copé propose des heures de travail pour certains allocataires du RSA

LEMONDE.FR avec AFP | 06.06.11 | 21h31  •  Mis à jour le 07.06.11 | 07h44

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, le 27 avril 2011.AP/Michel Euler

Jean-François Copé (UMP) propose que certains des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) travaillent "entre cinq et dix heures par semaine" au service d'une collectivité, sans quoi ils pourraient le voir progressivement diminuer, dans un entretien à La Voix du Nord à paraître mardi 7 juin.

"Dans le domaine de la justice sociale, il y a besoin d'un correctif au dispositif du RSA, en faisant la part des choses entre des situations différentes", affirme le secrétaire général du parti présidentiel, qui effectue mardi un déplacement dans la banlieue lilloise. Selon lui, "il y a des gens dont on sait qu'ils sont dans une situation de précarité extrême et de désespérance, qui ont des problèmes de santé, des troubles psychologiques. Ceux-là ont besoin d'un accompagnement et de solidarité".

"RÉPONDRE AUX INTERROGATIONS DE LAURENT WAUQUIEZ" PAR UN "CONTRAT RÉMURÉRÉ"

Mais "pour les autres, l'idée est de tout faire pour les aider à retrouver un emploi. Nous voulons leur proposer, dans le cadre d'un contrat unique d'insertion, de travailler entre cinq et dix heures par semaine au service de la collectivité de résidence : la commune, l'intercommunalité, le département ou la région. Et en cas de refus, il pourrait y avoir une diminution progressive du RSA", ajoute-t-il. Ces heures de travail seraient consacrées à "des activités d'utilité sociale, par exemple l'accompagnement de sorties d'école ou de personnes âgées, des projets environnementaux et civiques", explique M. Copé.

Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint de l’UMP, précise ce projet dans un entretien au Parisien à paraître mardi : "Le principe novateur du RSA, visant à ce que toute personne qui travaille, ne serait-ce qu’une heure, gagne plus qu’en ne faisant rien, n’est pas apparu clairement. (...) Nous allons proposer un contrat d’utilité sociale rémunéré de cinq a dix heures par semaine", indique-t-il, estimant que cette idée "répond aux interrogations de Laurent Wauquiez, mais garde la philosophie de la loi Hirsch".

Laurent Wauquiez, ministre des affaires européennes et chef de file de la droite sociale à l'UMP, avait le premier proposé de revoir le dispositif du revenu de solidarité active, s'attirant ainsi de nombreuses critiques, à gauche mais aussi à droite.

"C'est un élément de valorisation et d'insertion pour les personnes, et c'est un premier pas dans le retour vers l'emploi" continue Jean-François Copé. "Voilà une des pistes que nous ouvrons. Nous ferons mercredi avec Marc-Philippe Daubresse d'autres propositions pour une politique sociale plus juste et plus efficace", ajoute-t-il.

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article